Escalier droit : son installation, ses avantages et ses inconvénients

Un escalier en bois peut prendre différentes formes, selon l’espace de notre intérieur ainsi que notre goût pour la décoration et l’aménagement. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux habitats aux grandes surfaces, capables d’accueillir le type d’escalier le plus classique, à savoir l’escalier droit en bois. Connu pour ses exigences spacieuses, nous nous intéresserons aux différentes étapes pour l’installation d’un escalier droit, ainsi qu’à ses avantages et ses inconvénients.

Escalier droit : son installation, ses avantages et ses inconvénients

Source : Schaffner.fr.

Le plus facile à construire :

  • L’installation d’un escalier droit passe généralement par 6 étapes quand la tâche est attribuée à un professionnel. Il ne s’agit pas d’une perte d’argent comme le pensent la majorité, mais au contraire une source de fiabilité et d’assurance. De plus, l’intéressé peut bénéficier de la TVA à taux réduit de 7%.  Ainsi, énumérons ensemble les 6 étapes :

    • La première étape pour l’installation d’un escalier droit, tout comme n’importe quel autre type d’escalier est la prise de mesures. Les dimensions de la trémie déterminent celle de l’escalier, à savoir son encombrement. Ce dernier déterminera à son tour la pente de l’escalier, et le nombre de marches. La position de la trémie détermine aussi la circulation, et le reculement ne doit pas être réduit, pour que la pente ne soit pas raide.

    • La deuxième étape, une fois les dimensions et les mesures prises, consiste en la préparation des outils et des pièces de notre escalier droit. Il s’agit, entre autres, d’un mètre, d’un ruban, d’une règle, d’un niveau à bulle, d’un maillet, d’un marteau, d’un burin, d’un ciseau à bois, d’une meuleuse, d’une scie égoïne, d’une autre électrice, d’une perceuse et d’un tournevis, accompagné d’une visseuse-dévisseuse.

    • La troisième étape consiste en la préparation du mur et de l’escalier. Il s’agit de placer le tasseau qui supportera la dernière marche. Ensuite, c’est au tour de l’escalier droit de se faire rassembler, de ses tourillons jusqu’aux marches.

    • La quatrième étape est la mise en place de l’escalier, en se basant sur la trémie et la préparation faîte au mur.

    • La cinquième étape concerne, quant à elle, l’installation des rampes et des gardes-corps, qui s’effectue à travers un vissage facile et rapide.

    • Enfin, la sixième et dernière étape se consacre à la finition, que ce soit pour le vernissage, le ponçage ou la peinture.

Les avantages d’un escalier droit :

  • Les avantages d’un escalier en bois sont multiples. En pratique, il est le type d’escalier le plus simple et le plus facile à installer. Financièrement, la simplicité de son installation implique des prix abordables, en plus de la TVA à taux réduit de 7%. Polyvalent, il est apte à assurer la sécurité et à supporter le poids nécessaire, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur d’un habitat.

Les inconvénients d’un escalier droit :

  • Quant aux inconvénients d’un escalier droit, il s’agit souvent de son caractère encombrant, contrairement aux autres types d’escalier, sachant que la distance minimale entre la première marche et le plafond doit être de 190 centimètres au moins.

Ainsi, opter pour un escalier droit doit être un choix réfléchi, et faire appel à un professionnel pour son installation reste sans aucun doute la meilleure solution, même quand toutes les pièces sont présentées selon des kits.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *