Garde corps en inox : Comment le concevoir ?

D’une manière ou d’une autre, les gardes corps en inox ont actuellement la capacité d’être assemblés facilement, sans encombre et sur mesure. Leur fabrication fait en sorte qu’ils soient présentés sous forme de pièces, permettant ainsi à chaque bricoleur d’établir la rampe ou la balustrade qu’il trouve adéquate avec son habitat et satisfaisante pour ses préférences. Cependant, beaucoup trouvent que concevoir un garde corps en inox est…compliqué et parfois même risqué en dépit de la solidité qu’il peut procurer. Ceci est au fait une idée assez lourde pour revoir ensemble les étapes de la conception d’un garde corps en inox.

Concevoir un garde-corps en inox

personnalisé en…4 étapes :

 

  • Avant d’entamer la conception d’un objet pareil, c’est-à-dire d’un objet qui bénéficie d’une importance énorme, chaque particulier et chaque bricoleur doit être rigoureusement informé des normes nationales sur les gardes corps. Non seulement il doit respecter celles qui sont régies pour la hauteur pendant la réalisation de son garde corps, mais il lui est impérativement recommandé de prendre en considération l’état et la position dans laquelle sa rampe va être mise sur pied. A titre d’exemple, il est plus facile et fiable d’installer sa rampe sur une zone de stationnement normal que dans une zone de stationnement précaire, car dans ce dernier cas, c’est à une rampe d’escalier que nous avons affaire…et les normes varient un peu.
Garde corps avec des poteaux fixés à l'anglaise et à la française.

source : http://www.le-garde-corps.ch

 

  • Après l’analyse minutieuse de la zone dans laquelle son garde corps en inox va être conçu, la première étape qu’est la fixation des poteaux peut enfin commencer. Celle-ci a la particularité d’être réalisée selon deux méthodes. La première est la fixation latérale dite à l’anglaise. Elle est la plus adéquate pour éviter de détériorer le sol s’il est inapte à une fixation plate. Celle-ci constitue justement la deuxième méthode et est dite à la française. Pour ceux qui, à titre d’exemple, disposent d’un sol en bois qui peut être percé sans aucun dommage, elle représente la meilleure méthode.
  • Une fois les poteaux bien fixés et bien tenus, c’est au tour de la deuxième étape qu’est la fixation des mains courantes d’entrer en scène. Elle se résume au raccordement parallèle de ces dernières et à leur assemblage sur les poteaux fixés auparavant. Chaque particulier peut choisir le matériau de ces mains courantes, que ce soit en inox ou en bois. A la fin de ces deux étapes, nous disposons déjà du fondement nécessaire à notre garde corps en inox.
  • La troisième étape est le remplissage et c’est surtout une affaire de goût, car chaque méthode assure la sécurité requise, que ce soit grâce aux tubes, aux câbles, aux barreaux verticaux ou au verre. La quatrième et la dernière étape n’est souvent que la fixation des mains courantes avec des embouts.

Rien n’est encore joué…:

 

Le fait d’avoir achevé la conception de son garde corps ne signifie nullement avoir instauré la sécurité recherchée au tout début. En effet, pendant la fixation même des poteaux et des mains courantes, il est favorable de respecter les normes françaises qui régissent les hauteurs des gardes corps, c’est-à-dire 1mètres au minimum pour les gardes corps dans une zone de stationnement normal et 90 Cm pour ceux fixés dans une zone de stationnement précaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *